Santé publique contre dérégulation

Le monopole est-il vraiment en danger ?  Abonné

Publié le 17/03/2014
Les attaques contre les piliers de l’officine se succèdent, la dernière en date émanant de l’Autorité de la concurrence. Tandis que celle-ci prône la vente de médicaments sans ordonnance en grande surface, le gouvernement tient bon. Jusqu’à quand ?

LA PHARMACIE française a des allures d’irréductibles Gaulois au sein de l’Europe. En effet, elle fait figure d’exception avec sa loi de répartition démogéographique, sa réserve du capital aux pharmaciens et son monopole de dispensation. Certes, ces trois piliers se justifient tous par des raisons de santé publique et ne sont pas rares au sein de l’Union européenne. Mais « la France est la seule à cumuler les trois », rappelle l’économiste de la santé Claude Le Pen, tout en faisant remarquer qu’il n’a rien contre ce principe. Et autour de l’Hexagone, l’environnement bouge.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte