Médicaments en grande surface

Un avis pas très avisé  Abonné

Publié le 09/01/2014
Le 19 décembre, l’Autorité de la concurrence a provoqué l’ire des officinaux en se déclarant favorable à la vente de médicaments sans ordonnance en grande surface. Un avis immédiatement combattu par les syndicats, les groupements, les étudiants, les industriels, et en premier lieu par la ministre de la Santé.

L’AVIS rendu à quelques jours de Noël par l’Autorité de la concurrence a eu le don d’énerver un peu plus la profession. Déjà mise à rude épreuve par un contexte économique difficile, la pharmacie vient de perdre le monopole de vente des tests de grossesse et ne parvient pas à s’accorder avec l’assurance-maladie pour la mise en place de l’honoraire, pendant que les baisses de prix continuent et que les contrats de coopération sont dans le collimateur du gouvernement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte