Les tests de grossesse sortent du monopole

La brèche est ouverte  Abonné

Publié le 17/02/2014
Le Parlement vient d’adopter définitivement le projet de loi Consommation. Parmi les mesures phares du texte défendu par le ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire, Benoît Hamon, l’autorisation accordée aux grandes surfaces de vendre des tests de grossesse. Une brèche dans le monopole des pharmaciens qui, pour certains, n’augure rien de bon pour l’avenir des médicaments OTC à l’officine.

LE GOUVERNEMENT souffle le chaud et le froid. D’un côté, la ministre de la Santé défend mordicus le monopole des pharmaciens. De l’autre, le ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire, Benoît Hamon, l’égratigne en autorisant la vente des tests de grossesse et d’ovulation hors des officines. Car cette fois, c’est fait, ces tests pourront désormais être disponibles dans les rayons des hypermarchés, depuis l’adoption par le Parlement du projet de loi Consommation, la semaine dernière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte