Pression sur les médecins, campagne de communication, TFR, objectifs

Inciter plus pour substituer plus  Abonné

Publié le 30/11/2009
Depuis les ordonnances Juppé de 1996 et la définition d’un statut légal pour les copies de princeps, les pouvoirs publics n’ont cessé de chercher les moyens de développer toujours plus la part des génériques. Retour sur dix ans de mécanismes d’incitation.

LES ORDONNANCES Juppé de 1996 donnent officiellement le coup d’envoi de la politique générique en France. À cette époque, la part de ces médicaments reste relativement faible, environ 5 % du marché pharmaceutique total. Mais les pouvoirs publics le savent : le potentiel d’économies est considérable. Pour dynamiser ce marché, ils vont donc faire preuve au cours de ces dix dernières années d’imagination pour mettre en place différents dispositifs d’incitation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte