Comportement des clients

Les derniers réfractaires à la substitution  Abonné

Publié le 30/11/2009
Entre les médecins adeptes de la mention « non-substituable » et les patients encore hostiles aux génériques, les pharmaciens ont fort à faire. Car même si une large part de la patientèle accepte volontiers la substitution, il est encore quelques réfractaires, - et pas seulement des personnes âgées -, pour accuser les versions génériques d’effets indésirables inattendus ou carrément d’inefficacité.
Il n'y a pas que les papys qui font de la résistance

Il n'y a pas que les papys qui font de la résistance
Crédit photo : S. toubon

ALLERGIE aux excipients, manque d’effet thérapeutique, aspect galénique trop distinct de celui du princeps : les arguments des « anti-génériques » ne manquent pas. « En pharmacie, une petite proportion de patients - environ 20 % - doute encore de l’efficacité de ces produits », précise Philippe Gaertner, président de la FSPF. Cette méfiance se traduit surtout par le refus de prendre plusieurs génériques sur une même prescription. En revanche, si un seul médicament est substitué, ils acceptent plus facilement la substitution.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte