Un marché en perspective

Les biosimilaires, des « blockbusters de niche »  Abonné

Publié le 30/11/2009
Après la course aux génériques, le marathon aux biosimilaires. L’activité des laboratoires génériqueurs se déploie et va s’étendre dans les années à venir à des médicaments plus complexes et plus techniques. Un nouveau marché de niche auquel ils se préparent depuis longtemps.
La commercialisation d’un biosimilaire nécessite 50 à 90 millions d’euros d’investissement

La commercialisation d’un biosimilaire nécessite 50 à 90 millions d’euros d’investissement
Crédit photo : dr

L’ENTRAÎNEMENT a commencé il y a bien longtemps. À l’origine, les médicaments biotechnologiques, qui ont vu le jour dès le début des années quatre-vingt. À base de principes actifs produits de façon plus complexe qu’un médicament traditionnel (technologie de l’ADN recombinant, expression contrôlée de gènes codant pour des protéines biologiquement actives, méthodes à base d’hybridomes et d’anticorps monoclonaux), ces médicaments sont destinés à traiter des pathologies lourdes et invalidantes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte