Marché de la médication officinale

Un bel avenir sous conditions  Abonné

Publié le 28/10/2013
Le marché de la médication officinale progresse fortement ces dernières années. Mais pour continuer son développement, les acteurs de la chaîne du médicament estiment qu’il doit s’inscrire dans un véritable parcours de soins, avec la pharmacie comme porte d’entrée et un remboursement à la clé pour les patients.
CLAUDE BAROUKH (FSPF)

CLAUDE BAROUKH (FSPF)
Crédit photo : S TOUBON

GILLES BONNEFOND  (USPO)

GILLES BONNEFOND (USPO)
Crédit photo : S TOUBON

PASCAL BROSSARD (AFIPA)

PASCAL BROSSARD (AFIPA)
Crédit photo : S TOUBON

STEPHANE JOLY (GEMME)

STEPHANE JOLY (GEMME)
Crédit photo : S TOUBON

GILLES BONNEFOND en est persuadé, « la médication officinale est non seulement un marché en développement, mais aussi l’avenir d’une bonne organisation du système de santé ». Selon le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), « cela ne sert à rien d’aller chez un médecin si on n’a pas besoin d’un diagnostic ». Il remarque que les patients qui se rendent à une consultation pour une pathologie bénigne le font surtout pour bénéficier du remboursement automatique de leurs médicaments. Mais « ce système est-il efficient ? s’interroge-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte