Décret sur les SPFPL

Holdings et succursales : avantages et inconvénients  Abonné

Publié le 28/10/2013
Les holdings de pharmacie font presque l’unanimité dans la profession. Pour Alain Delgutte, président de la section A de l’Ordre national des pharmaciens, elles donnent un cadre juridique à la profession. Pour Philippe Becker, expert-comptable à Fiducial, elles ne sauveront pas pour autant les pharmacies en difficulté. Et d’autres spécialistes, comme Pascal Louis, président du CNGPO, défendent l’idée des succursales d’officines. Débat de fond passionnant lors de la Journée de l’économie du « Quotidien ».

Crédit photo : fiducial

Schéma des succursales

Schéma des succursales
Crédit photo : CNGPO

Crédit photo : fiducial

AU DÉBUT du mois de septembre dernier, soixante-quatre SPFPL de pharmacie ont été créées en France, dans toutes les régions. Aucun adjoint n’a été recensé dans le capital de ces holdings, et aucun pharmacien étranger non plus. « Le nombre actuel de SPFPL peut paraître faible mais, compte tenu de la parution du décret au mois de juin dernier seulement et de la période de congés qui a suivi, il est tout de même significatif », précise Alain Delgutte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte