Marché des génériques

Les contrats de coopération commerciale sur la sellette  Abonné

Publié le 28/10/2013
Déplafonnement des remises de 17 % sur les génériques et remise en cause des contrats de coopération commerciale sont les deux sujets qui ont animé la dernière table ronde de la Journée de l’économie de l’officine. Alors que les confrères voient les contrôles de la répression des fraudes se multiplier, les représentants syndicaux ont été reçus le matin même par le cabinet de la ministre de la Santé. Mais Marisol Touraine a réaffirmé à la mi-octobre sa volonté de transparence sur ces fameux contrats.
Confrontation d'idées et débats de fond sur des sujets d'actualité

Confrontation d'idées et débats de fond sur des sujets d'actualité
Crédit photo : S TOUBON

Dialogue sans concession entre responsables syndicaux et partenaires industriels et de la...

Dialogue sans concession entre responsables syndicaux et partenaires industriels et de la...
Crédit photo : S TOUBON

L’UNION des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) a proposé, à la mi-septembre, de supprimer le plafond de remises de 17 % pour les génériques et les spécialités sous TFR (tarif forfaitaire de responsabilité). Parce que « ce plafond avait été mis en place au moment où le marché des génériques n’était pas encore stabilisé », rappelle son président, Gilles Bonnefond. Désormais devenu mature, le plafonnement « n’est plus légitime ». C’est surtout pour l’USPO une manière d’anticiper une décision gouvernementale qui mettrait à mal tout le réseau officinal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte