Le cas particulier des biosimilaires  Abonné

Publié le 29/10/2012

DANS LA PRÉSENTATION de l’étude Call Medi Call, Alain Neddam souligne que 23 % des pharmaciens espèrent que l’évolution du marché des génériques passera, dans les cinq prochaines années, par le droit de substituer des biosimilaires. Une pratique actuellement interdite par la réglementation européenne, comme l’a rappelé Pascal Brière, président du GEMME. « On en parle beaucoup mais on en voit très peu, comme on voit très peu de médicaments issus des biotechnologies en officine », remarque-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte