Souffle et pharmacie : trois ordonnances

Publié le 25/04/2016
Article réservé aux abonnés

M. Armand S., 51 ans - Le contexte

Toux, expectoration, anomalies fonctionnelles respiratoires sévères : Monsieur S., fumeur depuis environ 25 ans (15 à 20 cigarettes/jour), est atteint d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) de stade 3. L’affection est restée longtemps négligée par ce patient. Face à l’aggravation des symptômes, il a été orienté vers une consultation de pneumologie. Traitement symptomatique, sevrage tabagique, réhabilitation respiratoire : il va devoir s’astreindre à un suivi rigoureux de l’ensemble de la prescription.

Symbicort associe un bêta-2-mimétique, le formotérol, et un glucocorticoïde, le budésonide. À partir du stade III de la BPCO, lorsque les exacerbations sont fréquentes, il est recommandé d’associer au traitement bronchodilatateur un glucocorticoïde inhalé qui concoure à réguler l’hyperréactivité bronchique (l’administration d’un corticoïde isolé n’a pas de place dans le traitement de la BPCO, contrairement à celui de l’asthme).

Le salbutamol (Ventoline), un bêta-2-mimétique d’action immédiate mais brève, est destiné ici au traitement symptomatique des exacerbations émaillant la BPCO.

La nicotine (Nicopatch) réalise une substitution tabagique, peut être illusoire chez ce patient insuffisamment préparé psychologiquement.

Votre conseil

Le pharmacien souligne qu’il ne faut pas excéder les doses prescrites, même si le patient juge que ses symptômes sont améliorés. Le recours au salbutamol demeurera modéré, sans excéder 15 bouffées/jour.

Le patient se rincera la bouche à l’eau et se brossera les dents après chaque inhalation de corticoïde pour diminuer le risque de candidose oropharyngée. La quantité de produit délivrée à chaque inhalation étant très faible, l’administration ou le goût du médicament ne sont généralement pas perçus.

Le tabagisme demeurant un facteur de risque essentiel de BPCO, le pharmacien encouragera aussi souvent que possible le patient pour lequel le sevrage sera sans doute difficile. Il importe également que Monsieur S. pratique une activité physique régulière (marche vélo, etc.). Le pharmacien rappelle les modalités d’usage du dispositif Turbuhaler, du flacon pressurisé et des patchs.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3260