La Fondation du Souffle

Pour donner de l’air à vos malades

Publié le 25/04/2016
Article réservé aux abonnés
Les malades respiratoires sont de plus en plus présents dans la patientèle de votre officine. Vous souhaiteriez améliorer le niveau de compréhension de la maladie asthmatique auprès des familles ? Ou encore, vous cherchez à soutenir les patients atteints de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) ? Connaissez-vous la Fondation du Souffle ? Le Dr Dominique Bacrie, Directrice adjointe, et le Dr Jean-Philippe Santoni, administrateur, vous ouvrent les portes de la Fondation du Souffle en détaillant ses missions qui sont en phase avec vos préoccupations.
L'information et la prévention des maladies respiratoires auprès du grand public représentent la...

L'information et la prévention des maladies respiratoires auprès du grand public représentent la...
Crédit photo : dr

Le Quotidien du Pharmacien.- Comment pourrait-on définir la Fondation du Souffle ?

La Fondation du Souffle.- La Fondation du Souffle rassemble des sociétés et des associations regroupant des professionnels, spécialistes et experts de la pneumologie (par exemple la SPLF Société de Pneumologie de Langue Française, la FFP Fédération Française de Pneumologie), ou des patients (FFAIR Fédération Française des Associations et Amicales de Malades Insuffisants ou handicapés Respiratoires).

Ce regroupement est également géographique sous le seul et même toit de la Maison du Poumon à Paris VIe que gère la Fondation et qui héberge aussi des associations telles que l’ANTADIR (Association Nationale pour les Traitements A Domicile, les Innovations et la Recherche), l’APPA (Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique) et le SNADOM (Syndicat National des Associations d’Assistance à Domicile).

De plus, sur l’ensemble du territoire, existent des comités départementaux ou régionaux, plus proches encore du public. Ils constituent un réseau à proximité des 22 000 officines françaises. Ce qui renforce les interactions !

Des dates importantes ?

L’année 2016 apparaît particulière pour la Fondation qui fêtera ses 100 ans ! À cette occasion, une exposition dans le hall de la Maison du Poumon retracera l’historique de la Fondation à l’origine de laquelle se trouve le Comité central d’Assistance aux Militaires Tuberculeux particulièrement actif dans la lutte contre la tuberculose au moment de la première guerre mondiale.

L’année 2011 fut aussi une année qui compte dans l’histoire de la Fondation puisqu’elle est reconnue d’utilité publique par décret du Premier ministre. Ce qui veut dire que ses missions sociales sont reconnues, mais ce qui ne déclenche pas de subvention publique ! La Fondation obtient en effet des fonds de partenaires industriels et du public sous forme de dons que nous encourageons à travers nos actions et aussi en étant partenaire de très nombreux événements sportifs permettant une levée de fonds.

Quelle est votre principale mission ?

L’information et la prévention des maladies respiratoires auprès du grand public représentent notre mission centrale afin de sensibiliser toujours plus à la préservation du souffle. La prévention du tabagisme et plus largement des produits fumés, réclame de plus en plus d’actions concertées, notamment sur certaines questions émergentes.

Il est par exemple préoccupant de voir aujourd’hui fumer les « petits ados », c’est-à-dire des enfants de CM2, 6e et 5e. Nous avons donc choisi de toucher cette population singulière par l’intermédiaire d’une nouvelle brochure que nous finalisons actuellement. Nous nous sommes attachés à rédiger des textes courts et clairs portés par des illustrations dans le style Manga.

Nous réalisons par ailleurs de nombreuses brochures gratuites sur des sujets ciblés que le pharmacien peut commander, mettre à disposition de ses patients pour engager des échanges constructifs. De plus, chaque trimestre, paraît la Lettre du Souffle dans laquelle un pneumologue traite d’une question dont il est expert. Exemples de grand dossier : les cancers du poumon, la fibrose pulmonaire idiopathique, le sevrage tabagique, les troubles du sommeil…

Et bien sûr, nous participons aux Journées Mondiales Sans Tabac (31 mai) de l’Asthme (3 mai) de lutte contre la tuberculose (24 mars), contre la BPCO (18 novembre). En 2015, à l’occasion de la Fête du Souffle (16 et 18 sept), la Fondation a soutenu les pharmaciens, mobilisés pour offrir à tous le test gratuit de la mesure du souffle. Depuis que des spiromètres de poche et débitmètres de pointe sont vendus en officine, il est primordial de bien savoir mesurer le souffle.

D’autres actions ?

Le financement de la Recherche représente un axe important de nos actions. À l’occasion de la COP21, nous avons lancé un appel d’offres thématique visant à subventionner des projets de recherche « Pollution atmosphérique et santé respiratoire ». Nous déplorons cependant la rareté du mot « santé », cité seulement trois fois dans le rapport général de la COP21 !

Mais les choses sont en train de changer. Des experts pneumologues sont de plus en plus intégrés au sein d’instances, telle la Mairie de Paris, qui mènent des réflexions sur la pollution, la qualité de l’air et son impact sur la santé.

Pour en savoir plus :

 

Fondation du Souffle : Maison du Poumon, 66 Bd Saint Michel Paris 75006.
Site : www.lesouffle.org, Tél. : 01 46 34 58 80 E-mail : contact@lesouffle.org
Brochures à découvrir dans la « soufflothèque » du site, à commander, à télécharger.

Asthme : Comment mieux vivre avec/Voyage, vacances et asthme/La maladie qui coupe le souffle.

BPCO : BPCO mieux vivre avec/BPCO la maladie qui tue à petit feu/BPCO l’autre maladie du Tabac

Cancer : Cancer du poumon, le connaître/Cancer du poumon, l’éviter.

Pollution : Pollution, un risque de notre temps

Tabac/jeunes : Sans tabac, c’est vraiment toi (bientôt remplacée par le Manga)/Ce que tu dois savoir sur le tabagisme passif/Toute la vérité sur les cigarettiers/Femmes et tabac/Rock sans clope.

La Lettre du Souffle : trimestrielle, à commander à la Fondation également téléchargeable.
 

 

 

 

Propos recueillis par Mireille Peyronnet

Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3260