Les mutations du modèle officinal

Se regrouper pour affronter la modernité  Abonné

Publié le 26/10/2015
Depuis leur origine, les groupements ont toujours précédé les évolutions professionnelles de la pharmacie. Instigateurs de la modernité de l’officine, ils ne relâchent ni leur réflexion, ni parfois leur provocation, pour repousser les limites du modèle officinal et, avec lui, de son environnement tout entier. Les groupements n’en restent pas moins des repères pour près de huit pharmacies sur dix.

La profession a des raisons d’être pessimiste. Ses 22 000 titulaires manquent de visibilité. Ils sont désillusionnés sur les nouvelles missions, tandis que l’honoraire et la rémunération sur les objectifs de santé publique (ROSP) soulèvent de nouvelles inconnues. Les étudiants choisissent la pharmacie par défaut, et plus encore, l’officine par dépit. Quant aux adjoints, ils sont souvent bien en peine de trouver leurs missions, sans parler de plan de carrière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte