Une réponse thérapeutique atypique.  Abonné

Publié le 30/04/2012

La réponse aux vaccins thérapeutiques anticancéreux diffère de la réponse attendue après une chimio- ou une radiothérapie : les taux de réponses objectives restent bas. De plus, cette réponse peut être différée de plusieurs mois et, parfois, suivre à une augmentation transitoire de la sévérité des lésions. Il n’est pas exceptionnel d’observer aussi des réponses dissociées : des lésions régressent alors que d’autres apparaissent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte