Un peu d’histoire et quelques définitions

Le B. A. BA de la vaccination  Abonné

Publié le 30/04/2012
La vaccination a vu le jour avec Jenner, puis Pasteur, et s’est développée au cours des 19e et 20e siècles. Partie d’une observation empirique d’immunité croisée entre deux maladies, la vaccine et la variole, la vaccination est devenue une science à part entière, la « vaccinologie », allant depuis l’isolement de l’agent pathogène jusqu’à l’acceptabilité par la population cible. Bénéficiant de considérables avancées en matière d’immunologie fondamentale et appliquée, les spécialistes de cette discipline préparent des vaccins de plus en plus efficaces et sûrs… En attendant la prochaine révolution des vaccins thérapeutiques.
Les travaux de Jenner, puis de Pasteur, sont les piliers fondateurs de la vaccinologie

Les travaux de Jenner, puis de Pasteur, sont les piliers fondateurs de la vaccinologie
Crédit photo : dr

SELON les affections considérées, l’objectif de la vaccination sera d’éliminer la maladie infectieuse dans une région géographique définie pendant une période plus ou moins longue (voire son éradication complète : disparition de l’agent infectieux au niveau mondial, envisageable que dans le cas où la transmission est strictement interhumaine) ou seulement de contrôler l’infection dans une population donnée particulièrement à risque. Voilà pour la définition générale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte