Pédiatrie

Quand l’enfant souffre  Abonné

Publié le 29/04/2013
Reconnaître et évaluer l’intensité de la douleur chez l’enfant s’avère souvent difficile. Il convient d’être attentif à ses plaintes, à ses expressions corporelles et émotionnelles pour ne pas le laisser souffrir inutilement.

CHIFFRER la douleur de façon absolue est impossible. Expérience sensorielle et émotionnelle, la douleur est intrinsèquement suggestive. Chez l’enfant, cela suppose un développement cognitif suffisant pour repérer et identifier cette expérience. Tout dépend de la compréhension qu’il a de sa maladie, de son vécu et de sa possibilité d’expression par le langage. Pour ces raisons, la douleur de l’enfant a été longtemps méconnue et négligée car on pensait qu’il ne la percevait pas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte