Médicaments facilitant la postcure  Abonné

Publié le 03/12/2012

Les rechutes étant liées à des facteurs nombreux (environnement social, conditions de travail si le patient exerce une activité professionnelle, pression du groupe, persistance du besoin irrépressible de boire ou « craving »), les médicaments spécifiques du post-sevrage, pour utiles qu’ils soient, ne peuvent suffire. Les antidépresseurs, prescrits sur une durée de plusieurs mois, sont indispensables si les signes dépressifs persistent au terme du sevrage : ils limitent les récidives précoces ou un risque de suicide.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte