Activité sportive et maladie

Je suis sportif, mais je me soigne  Abonné

Publié le 29/11/2010
On trouve parmi les compétiteurs de haut niveau, des malades souffrant de pathologies lourdes comme le diabète ou l’asthme. Ainsi, même malade, un compétiteur ou un amateur peut tirer son épingle du jeu.
Chez le malade, l'activité sportive doitêtre pratiquée dans le respect de certaines règles

Chez le malade, l'activité sportive doitêtre pratiquée dans le respect de certaines règles
Crédit photo : S TOUBON

IL EST PLUS DIFFICILE d’encourager un malade qu’une personne en bonne santé à faire du sport. Le sport présente en effet certains risques chez le patient mais lorsqu’il est pratiqué à bon escient, il comporte moins de risques que l’inactivité physique, et il fait même souvent partie intégrante d’un traitement. Entre autres, l’activité physique présente un intérêt dans la prise en charge de maladies cardiaques, vasculaires, du diabète, de l’obésité, de certaines maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer, et de pathologies rhumatismales en dehors des crises.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte