Alimentation et image de soi

Connaissez-vous l’« anorexie inversée » ?  Abonné

Publié le 26/04/2011
Chez l’homme, la recherche d’un corps parfait, toujours plus musclé et toujours plus beau, appelée aussi dysmorphie musculaire, anorexie inversée ou encore complexe d’Adonis, ressemble fort à une addiction. Mais faut-il la soigner ?
Le culte du corps parfait n'est pas dénué d'effets secondaires




anabolisant muscle sport force

Le culte du corps parfait n'est pas dénué d'effets secondaires anabolisant muscle sport force
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

LE TERME, lancé outre-Atlantique (« inverse anorexia »), prête à confusion et mérite une petite explication. Selon le Dr Harrison Pope, psychiatre à l’hôpital McLean de Belmont (Massachusetts), coauteur de deux livres sur le complexe d’Adonis*, autre nom donné à ce syndrome par référence au personnage de la mythologie grecque, mi-homme mi-dieu, considéré comme le summum de la beauté masculine, « dans les deux cas il y a un trouble de l’image de son corps, les préoccupations vont simplement dans des directions opposées ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte