Un cas particulier - Le générique, ami du patient chronique ?

Un cas particulierLe générique, ami du patient chronique ?

27.05.2013

Princeps, générique de marque 1, générique de marque 2, « re » princeps… Le malade chronique, pendant toute la durée de son traitement, peut voir défiler les marques. Comment l’aider à s’y retrouver, en particulier lorsque la substitution fait polémique, et améliorer son observance ?

LA MAUVAISE observance médicamenteuse d’un malade chronique, qui concernerait 50 % des affections selon certaines études, peut avoir des conséquences très lourdes. Aussi, le changement de traitement chez un malade chronique, y compris une simple substitution générique, constitue-t-il un risque de mauvaise observance. En effet, la substitution d’un princeps au générique ou d’un générique à un autre, signifie le remplacement d’un traitement parfois ancien, considéré jusque-là comme efficace...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
OTC

À la Une L'automédication à la recherche d'un second souffle Abonné

Marché en berne, définition floue, voire négative, défiance des usagers, concurrence de produits sans AMM et hors monopole : l'automédication semble en mauvaise posture. Pourtant, des nouvelles stratégies industrielles et commerciales laissent espérer un sursaut à ce segment qui doit encore trouver sa place dans le parcours de soins. 1

Partenaires