Traitement par hypoglycémiants oraux - L’art et la manière d’équilibre sa glycémie

Traitement par hypoglycémiants orauxL’art et la manière d’équilibre sa glycémie

30.05.2011

L’arrivée de nouvelles classes d’hypoglycémiants enrichit très significativement l’arsenal thérapeutique et permet de nouvelles associations. Parallèlement, la publication récente d’études relatives aux objectifs glycémiques chez certains profils de patients et la prochaine révision des recommandations de la Haute Autorité de Santé sur la prise en charge du diabète de type 2 sont autant de facteurs susceptibles de rebattre les cartes. Le point avec le Pr Patrick Vexiau, Chef du service de diabétologie de l’hôpital Saint-Louis (Paris) et Secrétaire Général de l’Association Française des Diabétiques.

  • La metformine demeure le médicament de première intention

RAPPELONS D’ABORD que le diabète est défini par une glycémie à jeun (jeûne d’au moins 8 heures) supérieure à 1,26 g/l (7 mmol/l) mesurée à deux reprises, ou à 2 g/l (11,1 mmol/l) à n’importe quel moment de la journée. Les « armes » fondamentales de la prise en charge ont pour noms, diététique, activité physique et éventuellement traitement médicamenteux et surveillance glycémique. En se souvenant qu’une fois « déclaré » le diabète est une pathologie foncièrement évolutive et que la...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
montage

À la Une Indus : bientôt la fin d’une injustice ? Abonné

Les actions de récupération d’indus par l’assurance-maladie sont une véritable plaie pour l’économie officinale. Elles suscitent, de plus, un profond sentiment d’injustice chez les pharmaciens. Les syndicats, qui ne cessent de dénoncer ces pratiques, viennent d’obtenir quelques satisfactions auprès de l’assurance-maladie. 1

Partenaires