Coronaropathie, asthme, diabète, HTA, BPCO - Un cœur en hiver

Coronaropathie, asthme, diabète, HTA, BPCOUn cœur en hiver

14.12.2009

Toux, rhinopharyngite et autres infections hivernales sont des plaintes banales qui font quotidiennement pousser la porte des officines quand vient la saison froide. Mais attention, lorsque ce type d’affections touche le malade chronique, la prise en charge relève alors du « cas particulier », et nécessitent parfois le recours à la consultation médicale. Quelques conseils emprunts de bon sens pharmaceutique pour prendre en charge les menus maux d’un cœur en hiver.

  • Chez l’asthmatique, la toux doit retenir toute l’attention du pharmacien

MALADIES chroniques et pathologies hivernales ne font pas toujours bon ménage. En effet, ces pathologies peuvent être source d’aggravation, voire de décompensation aiguë en cas de diabète, d’asthme, de BPCO, ou encore en cas d’insuffisance cardiaque. Le premier message que l’équipe officinale doit prodiguer à ces clients particuliers relève du bon vieux dicton : « Mieux vaut prévenir que guérir ». Dans ce domaine, les conseils ne manquent pas : se laver les mains, aérer les pièces,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires