Les raçines de l'inobservance

Neuf raisons d’arrêter son traitement  Abonné

Par
Céline Longeard -
Publié le 26/01/2015
La mauvaise observance par arrêt du traitement est multifactorielle. Certaines ordonnances nécessitent de la part du pharmacien une vigilance accrue et une information adaptée pour prévenir des arrêts prématurés de traitement. Parmi d’autres, voici 9 raisons d’intervenir au comptoir pour rétablir la continuité des prescriptions.

• « Le médicament n’a pas été efficace… »

Vigilance d’abord lorsqu’un patient a toujours pris des traitements ponctuels à visée symptomatique (un hypnotique en cas de troubles du sommeil, un antibiotique en cas d’infection, un antalgique contre une douleur…) et débute le traitement d’une maladie chronique dont l’efficacité ne sera pas immédiate, voire un traitement qui ne guérit pas mais ralentit l’évolution d’une maladie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte