Un diagnostic trop souvent tardif  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 04/12/2017

Restant longtemps asymptomatique, le GAO est généralement mis en évidence à l’occasion d’une visite de contrôle chez l’ophtalmologiste qui porte son diagnostic sur quatre éléments :

- Une atteinte bilatérale mais généralement asymétrique du nerf optique avec éventuelle réduction du champ visuel ;

- L’absence d’uvéite ou d’une autre pathologie susceptible de léser le nerf optique ;

- Un angle irido-cornéen normal lors de l’observation par gonioscopie ;

- Une hypertonie oculaire (pression > 20 mmHg) (fréquente mais non constante).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte