Le client âgé face au générique

Quelques trucs pour répondre au refus de substitution  Abonné

Publié le 26/11/2012
Si aujourd’hui les génériques sont dans l’ensemble bien compris et acceptés, il reste à convaincre les derniers réticents à l’accord tiers payant contre générique, parmi lesquels de nombreuses personnes âgées.

PLUS d’un médicament délivré sur quatre est un générique. Les personnes âgées étant le plus souvent polypathologiques, elles ont souvent au moins un médicament générique sur leur ordonnance. Avec ce type de clients la substitution peut s’avérer plus délicate (risques de confusion, de mauvaise compréhension) mais un peu de diplomatie et de pédagogie contribuent à lever les freins.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte