Risques de l’hygiénisme

Quand la flore est menacée  Abonné

Par
Publié le 29/01/2018
C’est un des paradoxes de la vie moderne. Les progrès de l’hygiène et de la médecine ont entraîné la réduction de la mortalité dans les pays développés mais, en déséquilibrant les microbiotes, certaines pathologies y sont devenues plus fréquentes : allergies, asthme, maladies auto-immunes…
enfant

enfant
Crédit photo : BURGER/PHANIE

savon

savon
Crédit photo : GARO/PHANIE

Nous n’avions de cesse, depuis des décennies, de traquer les bactéries pathogènes à l’origine de maladies épidémiques. Aujourd’hui, nous savons qu’en les détruisant nous éliminons en même temps les « bonnes » bactéries. Nous déséquilibrons ainsi dangereusement nos différents microbiotes, intestinal, vaginal, cutané, pulmonaire, oculaire etc. et nous nuisons à notre santé. Il ne s’agit évidemment pas de remettre en cause les gestes essentiels d’hygiène mais l’hyperhygiénisme sanitaire. Les preuves en effet s’accumulent tous azimuts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte