UN ENTRETIEN AVEC JEAN LAMARCHE, PRÉSIDENT DE CROIX VERTE & RUBAN ROUGE

« Ne faîtes pas la morale aux toxicomanes »  Abonné

Publié le 27/02/2012
L’accueil du toxicomane à l’officine, Jean Lamarche connaît. Il y a même consacré un ouvrage*. Le président de Croix Verte & Ruban Rouge a résumé pour « Le Quotidien » les mots-clés de ce dialogue singulier. Ce qu’il convient de dire ou au contraire les expressions ou attitudes à proscrire. Discrétion, tact et discernement sont de mise pour une prise en charge mesurée et efficace.
Jean Lamarche :  Le toxicomane substitué n'est pas un patient lambda »

Jean Lamarche : Le toxicomane substitué n'est pas un patient lambda »
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- En quoi l’accueil du toxicomane est-il radicalement différent de celui du client lambda ?

JEAN LAMARCHE.- Comme tout ce qui fait tache dans la société la toxicomanie se cache, aussi la discrétion est-elle obligatoire. Dans un premier temps, il ne faut poser que des questions neutres et dont nous avons absolument besoin pour traiter l’ordonnance : adresse, par exemple, ou prise simultanée d’autres médicaments.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte