Morphine et opioïdes  Abonné

Par
Publié le 04/04/2016

Certains opioïdes ne conviennent pas à la situation particulière que représente la douleur cancéreuse. Ainsi, la nalbuphine (nalbuphine générique) et la buprénorphine (Temgésic), ayant des propriétés antagonistes µ ou κ, ne peuvent être associées à un agoniste µ complet (morphine, oxycodone, etc.) et leur puissance est limitée par un effet plafond (3 à 5 mg/j pour la buprénorphine). Ils sont privilégiés dans le traitement des douleurs post-opératoires ou traumatiques - même s’ils bénéficient d’une indication explicite dans le traitement des douleurs néoplasiques -.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte