Deux types de douleurs  Abonné

Par
Publié le 04/04/2016

Généralement, la douleur cancéreuse associe une composante algique chronique à une composante aiguë transitoire, qui s’y superpose par séquences prévisibles et régulières ou induites, par exemple, par une mobilisation.

Douleur chronique

La douleur chronique, souvent appelée « basale », est relativement uniforme. Constituant un symptôme presque cardinal en cancérologie, elle est considérée comme chronique lorsqu’elle persiste malgré le traitement antitumoral (si elle dépend de la tumeur) ou depuis plus de trois à six mois (si elle en est indépendante).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte