Mme Jeanine T., 49 ans  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 23/02/2015

Le contexte

Mme T. souffre d’une virose de saison, que n’arrange guère le tabagisme. Elle se plaint de douleurs nasales, d’un encombrement laryngé et de fréquentes quintes de toux : de ce fait, elle dort mal.

Prorhinel Rhume associe un antiseptique (benzododécinium) et un tensioactif (polysorbate 80) : sa formulation n’inclut ni vasoconstricteur ni antibiotique. Il constitue un traitement d’appoint des infections de la muqueuse rhinopharyngée (instillations nasales ou lavage des fosses nasales).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte