Bilan et perspective économique - L'EBE ne paie plus

Bilan et perspective économiqueL'EBE ne paie plus

Marie Bonte
| 30.10.2017

L’incapacité de l’officine à dégager une marge suffisante se traduit dans l’excédent brut d’exploitation (EBE), sans aucun doute l’indicateur le plus pertinent. En tout cas le paramètre qui démontre le mieux la faculté de l’officine à rémunérer son titulaire et à rembourser les emprunts.

  • photo25
  • graph1

6 000 euros. C’est en moyenne ce qu’aura perdu chaque titulaire sur l’exercice 2016. Les trois experts-comptables annoncent en effet des excédents bruts d’exploitation à hauteur de 227 500 euros, 238 500 et 271 300 euros. Un an auparavant, ils présentaient encore des chiffres, certes en berne par rapport à l’exercice 2014, mais supérieurs aux scores actuels.

L’excédent brut d’exploitation (EBE) retraité (1) est donc en nette régression sur l’ensemble des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
carte

À la Une Ruptures de stock : les contradictions européennes Abonné

Dénonçant « l’épuisement des stocks de médicaments » lié aux importations parallèles, une députée européenne a interrogé la Commission sur ces pratiques, mais celle-ci en a confirmé la légalité. Pourtant, comme le rappelle la pharmacovigilance, les pénuries de médicaments qu'elles peuvent engendrer, présentent parfois des risques iatrogènes. 2

Partenaires