Bilan et perspective économique - Acquisition : un ticket d'entrée à 280 000 euros

Bilan et perspective économiqueAcquisition : un ticket d'entrée à 280 000 euros

Marie Bonte
| 30.10.2017

Les experts-comptables s'accordent sur un constat encourageant : la profession a échappé de peu à l’éclatement d’une bulle financière entre 2008 et 2009. La valorisation des fonds retenant l’EBE comme base de calcul a permis de renouer avec une situation plus réaliste. Il n’en reste pas moins qu’un apport de 280 000 euros reste nécessaire à l’acquisition d’un fonds d'officine moyenne.

  • photo 57
  • graph1
  • graph2

Le marché serait-il revenu à la raison ? Sans aucun doute à en croire l’analyse des experts-comptables. « On a échappé de peu à l’éclatement d’une bulle financière dans les années 2008-2009 qui aurait pu se produire », rappelle Philippe Becker, directeur du département pharmacie chez Fiducial. Il fait référence à des documents du cabinet d’Interfimo qui, à l’époque, attestaient d’une diminution de la rentabilité des officines coïncidant avec une croissance continue du prix...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires