Automatisation de la délivrance

Laissez, mon robot s’occupe de tout  Abonné

Publié le 28/09/2009
Les pharmaciens sont de plus en plus nombreux à équiper leur officine d’un robot ou d’un automate mais leurs motivations ne sont pas toujours rationnelles, ce qui rend leur choix aléatoire. S’automatiser n’est pas une décision anodine. Explication.
Améliorer la qualité de l'accueil et de la délivrance est l'une des priorités de l'automatisation

Améliorer la qualité de l'accueil et de la délivrance est l'une des priorités de l'automatisation
Crédit photo : Doc. APOTEKA

« LAISSEZ, mon robot s’occupe de tout ». Certains pharmaciens pensent que l’automatisation de leur officine va résoudre tous leurs problèmes de délivrance, de rangement et de gestion de stock. « Il faut être transparent et bien faire la différence entre la théorie et la pratique, prévient Olivier Resano, directeur commercial d’Apotéka. L’automate est un moyen et non une fin en soi, ce n’est pas un fourre-tout qui fait tout, tout seul. Il faut définir ses limites techniques et ne pas laisser le client acheter du rêve.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte