Le diagnostic  Abonné

Par
Publié le 02/07/2018

Le cancer de la prostate ne donne de signes urinaires que tardivement, lorsque son développement entraîne des compressions pelviennes (urétrale, vésicale voire rectale) (mais une hypertrophie bénigne de la prostate, symptomatique, peut coexister avec un cancer). La clinique reste peu spécifique : pollakiurie, impériosité, dysurie, rétention urinaire, brûlures mictionnelles, hématurie, hémospermie, dysérections, éjaculations douloureuses. Un examen des urines permet d’éliminer un diagnostic différentiel, notamment d’infection urinaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte