La céphalée par abus de médicaments  Abonné

Par
Publié le 17/05/2016

Cette céphalalgie secondaire, iatrogène, affecterait jusqu’à 5 % des individus dans certaines populations - les femmes plus souvent que les hommes -. Oppressante, persistante, avec fréquemment un paroxysme au réveil, il s’agit d’une céphalée initialement épisodique, présentant des signes évocateurs d’une migraine ou d’une céphalée de tension, qui évolue vers la chronicité du fait d’un abus de médicaments… antimigraineux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte