BHD : une prescription aisée  Abonné

Publié le 02/03/2015

La BHD est autorisée depuis 1995 comme TSO et des génériques sont commercialisés depuis 2006. Son profil pharmacologique, agoniste partiel des récepteurs opiacés µ et antagoniste des récepteurs κ, limite le risque de dépression cardio-respiratoire et de décès, même en cas d’intoxication aiguë ou d’association à une prise abusive de benzodiazépines. Ce substitut est inscrit sur la liste I mais soumis aux règles de prescription et de dispensation des stupéfiants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte