Patchs et implants contraceptifs - La contraception du 3e millénaire

Patchs et implants contraceptifsLa contraception du 3e millénaire

Christine Nicolet
| 30.06.2014

Après la polémique sur les pilules contraceptives, les femmes, jeunes et moins jeunes, ont découvert de nouvelles méthodes de contraception, dites de 3e génération. Les patchs et autres implants contraceptifs constituent l’essentiel de cette offre modernisée.

  • Une galénique qui s’éxonère de l’observance

APPARUES plus récemment, les nouvelles méthodes contraceptives sont moins médiatisées et leur mise en œuvre nécessite parfois des explications théoriques et pratiques. Parmi elles, le patch contraceptif hebdomadaire et l’implant sous-cutané.

Comment ça marche ?

Mis sur le marché en 2004, le patch contraceptif (Evra) délivre quotidiennement une dose hormonale fixe pendant une semaine. Fonctionnant sur le même principe que la pilule, les hormones (norelgestromine et éthinylestradiol)...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires