Ce que nous apprennent les expériences étrangères

Le libre accès à travers le monde  Abonné

Publié le 29/06/2009
Il y a un an, la mise en place du libre accès a été la manifestation d’une véritable rupture dans les habitudes officinales françaises. Beaucoup de pharmaciens qui se sont lancés dans la mise en place de la mesure l’ont fait avec hésitation, voire à reculons. La crainte de perdre le monopole était l’une des principales raisons invoquées. Les exemples étrangers auraient pourtant dû rassurer. Quoi que… Petit tour du monde d’une mesure appliquée avec des bonheurs bien distincts.
Au Royaume-Uni, l'automédication représente 12 % du marché pharmaceutique

Au Royaume-Uni, l'automédication représente 12 % du marché pharmaceutique
Crédit photo : dr

Les officines américaines ont jadis montré la voie

Les officines américaines ont jadis montré la voie
Crédit photo : dr

Jean-Jacques Zambrowski : " Le libre accès a permis de répondre aux attentes des consommateurs...

Jean-Jacques Zambrowski : " Le libre accès a permis de répondre aux attentes des consommateurs...
Crédit photo : S. Toubon

« NOUS ÉTIONS l’un des rares pays à cantonner les médicaments non listés et non remboursables derrière le comptoir. Face à la vague de libéralisation actuelle et aux diverses pressions extérieures en résultant (rapport Attali, rapport Beigbeder, commission européenne…), la décision d’autoriser le libre accès était une alternative essentielle pour répondre aux attentes des consommateurs tout en préservant le monopole », précise l’économiste de la santé Jean-Jacques Zambrowski. La mesure a ainsi été mise en place de façon prudente et progressive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte