Le cadre réglementaire

Publié le 24/11/2022

La vaccination en officine avait commencé en 2017 par une expérimentation de celle contre la grippe saisonnière en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine avant d’être étendue l’année suivante à deux autres régions : les Hauts-de-France et l’Occitanie. Devant le succès de cette initiative, elle a ensuite été élargie à l’ensemble du territoire et fait ainsi partie des missions facultatives pouvant être exercées par les pharmaciens d’officine depuis le 1er mars 2019.Monter un dossier pour vacciner à l’officineCette activité ne pourra être mise en œuvre qu’après l’envoi d’un dossier de déclaration du titulaire au directeur général de l’ARS (Agence Régionale de santé). Ce dossier doit mentionner tous les membres de l’équipe habilités à vacciner, comporter une attestation sur l’honneur de conformité de l’officine aux conditions techniques ainsi qu’une attestation de formation validée.Conditions techniquesPour pouvoir vacciner à l’officine, des conditions techniques s’imposent. Il convient en effet de disposer d’un local adapté avec un espace de confidentialité, accessible depuis l’espace clients mais sans accès possible aux médicaments. Cet espace doit être muni d’une chaise pour faire asseoir les patients, d’une table ainsi que d’un point d’eau pour le lavage des mains ou à défaut de solution hydroalcoolique et d’une enceinte réfrigérée pour stocker les vaccins. Une boîte DASRI doit également être prévue afin d’éliminer les seringues usagées.Enfin, il est prudent d’avoir une trousse d’urgence (comprenant antihistaminiques, adrénaline et pourquoi pas quelques morceaux de sucre) à disposition.Qui peut vacciner ?Seuls les pharmaciens (titulaires ou adjoints) formés et déclarés à l’ARS peuvent effectuer toutes les vaccinations. Ils doivent ainsi avoir suivi une formation DPC d’une durée de 6 heures (3 heures de formation théorique et 3 heures de formation pratique), respectant les objectifs pédagogiques établis par le Haut Conseil de la santé publique.Pour les vaccins contre la grippe et le Covid (et uniquement ceux-là), des mesures dérogatoires ont été mises en place. Celles-ci permettent aux étudiants en pharmacie à partir de la 3e année ainsi qu’aux préparateurs en pharmacie de vacciner à condition qu’ils aient été formés par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins et qu’ils soient sous la supervision d’un pharmacien lui-même habilité à vacciner.


Source : lequotidiendupharmacien.fr