La dermatite exfoliative

Publié le 02/06/2020

Étiologie. Se traduisant par un renouvellement épidermique accéléré, la cause exacte de la dermatite exfoliative demeure inconnue, mais elle survient le plus souvent dans les contextes suivants : troubles dermatologiques préexistants (ex : dermatite atopique, dermatite de contact, dermatite séborrhéique, psoriasis, pityriasis rubra pilaire, etc.), prise de certains médicaments (ex : lactamines, sulfamides, isoniazide, phénytoïne, barbituriques, etc.), affection maligne (ex : lymphome, lymphome cutané à lymphocytes T = mycosis fongoïde, leucémie, adénocarcinomes, etc.). Toutefois, jusqu'à 25 % des patients n'ont aucune pathologie sous-jacente identifiable.Elle associe prurit, sensation de malaise et frissons. L'érythème diffus se manifeste initialement en plaques, puis se propage et atteint tout le corps ou presque. Une desquamation étendue conduit à une thermorégulation anormale, à des carences nutritionnelles dues à d'importantes pertes de protéines, à une augmentation du métabolisme avec un état hypercatabolique, à une hypovolémie due aux pertes liquidiennes transdermiques. Elle se complique souvent d’une surinfection bactérienne. Souvent très sévère, l’affection peut être mortelle et l'hospitalisation est souvent nécessaire. Le pronostic dépend de la cause. Les lésions d’origine iatrogène ont la persistance la plus réduite mais n’en durent pas moins de 6 à 2 semaines après l'arrêt du médicament en cause.Il repose sur l'anamnèse et la clinique. Une affection cutanée préexistante à l'origine d'un érythème étendu peut suggérer une étiologie. La biopsie, souvent non spécifique, est indiquée lorsqu'un mycosis fongoïde est suspecté. Les analyses sanguines peuvent révéler une hypoprotéinémie, une hypocalcémie, une anémie ferriprive. L’éviction de la cause s’impose, si elle est connue. La prise en charge associe la correction de la déshydratation, des troubles hydroélectrolytiques et des carences nutritionnelles, le soin des plaies et la prévention de la surinfection bactérienne. Les soins cutanés comprennent des émollients, des bains d'avoine colloïdale et une corticothérapie locale. L'anamnèse restant souvent insuffisante pour écarter une relation causale avec des médicaments ou une dermatite de contact, les traitements du patient sont arrêtés ou remplacés.  


Source : lequotidiendupharmacien.fr