La dermatite dyshidrosique

Publié le 02/06/2020

Deux fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme, observée surtout chez le sujet de 20 à 40 ans, la dermatite dyshidrosique est une affection banale provoquant des rougeurs et de petites ampoules qui entraînent un prurit intense, voire douloureux, sur les bords des doigts, des orteils, sur les paumes et la plante des pieds (elles sont difficiles à voir sur les paumes des mains et les doigts car la peau y est plus épaisse). Les formes sévères, avec formation de bulles, sont appelées « pompholyx ». Parfois étendues, les lésions perdurent jusqu’à trois semaines avant de sécher puis de se transformer en « fissures ». Il est fréquent de confondre cette dermatite avec une dermatite atopique ou de contact (elle pourrait constituer une forme de cette dernière lorsqu’elle s’associe à l’exposition à des substances allergisantes). Ses causes sont multiples : transpiration excessive, macération, contact prolongé et récurrent avec de l’eau, stress, contact avec des métaux allergisants (nickel, cobalt, chrome, etc.), pollens. Le traitement des présentations bénignes consiste à hydrater suffisamment la peau avec des crèmes adaptées. Les cas plus graves relèvent des corticoïdes ou de la photothérapie.


Source : lequotidiendupharmacien.fr