Un entretien avec Stéphane Joly, président du GEMME

Stéphane Joly : « D’autres leviers doivent désormais être actionnés »  Abonné

Par
Publié le 25/02/2019
Vingt ans après l'octroi du droit de substitution aux pharmaciens, Stéphane Joly, président du GEMME*, dessine le portrait du générique millésime 2019. S'il salue les efforts constants des pharmaciens au fil des ans dans le développement de ce marché, il estime qu'aujourd'hui d'autres leviers doivent être actionnés - notamment du côté de la prescription - pour relancer ce marché désormais à la peine. Afin de favoriser l’utilisation des médicaments biosimilaires, le GEMME se dit par ailleurs favorable à la fixation prochaine d’objectifs de prescription.
stéphane joly

stéphane joly
Crédit photo : DR

Le Quotidien du pharmacien.- La substitution a 20 ans, et on a un peu l'impression qu'après avoir usé tous les ressorts de son développement, le marché du générique a atteint un plafond indépassable. Est-ce le cas selon vous ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte