Technologies et pharmacie

La lente gestation du cyberpharmacien  Abonné

Publié le 27/06/2016
Les pharmaciens sont certes habitués aux nombreuses technologies qui structurent leur activité, notamment du côté du back-office. Mais face à la généralisation des technologies numériques, il a encore un peu de mal à muer vers un profil de cyberpharmacien, qui demande un vrai labeur, au sens étymologique du terme.

Les pharmaciens sont rompus aux nouvelles technologies depuis plus de trente ans. Tiers-payant, gestion des stocks, gestion officinale, puis automatisation… Et pourtant, persiste l’image d’une profession un peu vieillotte, frileuse face aux nouveaux usages technologiques. C’est qu’au fond, malgré la généralisation des outils mobiles qui transforment nos vies, la santé reste encore à l’écart du phénomène.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte