Un peu de physiopathologie  Abonné

Par
Céline Longeard -
Publié le 02/03/2017
À la perception d’un stimulus stressant, le message passe par deux voies neurologiques : la voie courte thalamo-amygdalienne qui permet de produire une réponse rapide mais non réfléchie pour réagir à l’urgence, et la voie longue thalamo-cortico-amygdalienne, qui passe également par l’hippocampe, siège de la mémoire : l’amygdale déclenche alors la réaction de stress, notamment :

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte