Un cas particulier  Abonné

Publié le 05/09/2013

Grossesse et allaitement.

L’ivermectine ne doit être utilisée que si nécessaire chez la femme enceinte et chez la femme allaitante (et au minimum qu’après la première semaine suivant la naissance de l’enfant allaité) que si le bénéfice attendu est supérieur au risque potentiel encouru par le nourrisson.

Rappelons que, d’une manière générale, il est conseillé de ne pas allaiter durant l’administration d’antiparasitaires administrés par voie générale.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3026