Renforcement positif et négatif

Publié le 11/01/2016

Alcool et dopamine

L’alcool exerce sur les voies dopaminergiques centrales des effets comparables à ceux d’autres produits addictifs : stimulant le système de récompense mésocorticolimbique, il est consommé pour ses effets de renforcement positif (hédonistes, stimulants, euphorisants) à l’origine d’un besoin impérieux de boire (craving de récompense). Ce phénomène, d’autant plus marqué que la transmission dopaminergique devient déficitaire lorsque la consommation d’alcool se chronicise, stimule l’appétence pour l’alcool.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)