Aide à l’abstinence

Publié le 11/01/2016

Le sevrage du patient alcoolodépendant ne constitue pas une fin en soi, mais un moyen, celui de l’abstinence conquise : le travail psychologique qui suit se prolonge souvent plusieurs années (psychothérapie). Il est généralement réalisé en ambulatoire, en liaison avec un centre d’addictologie ou avec un groupe d’anciens buveurs. Trois spécialités bénéficient d’une AMM dans ce contexte : disulfirame, acamprosate et naltrexone. Le baclofène peut être utilisé ainsi, même s’il l’est surtout, en seconde intention, pour réduire la consommation (cf. plus loin).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)