Physiopathologie  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 05/05/2014

Hormonodépendance.

Les cellules du cancer de la prostate (de type adénocarcinome dans 95 % des cas) dépendent, comme le tissu prostatique sain, des androgènes pour croître et survivre. La testostérone circulante captée par la cellule prostatique y est transformée en dihydrotestostérone (DHT) par la 5-alpha-réductase. Cette DHT a une affinité cinq fois supérieure à celle de la testostérone pour le récepteur aux androgènes cytoplasmique auquel elle se fixe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte