Les mots du conseil  Abonné

Par
Publié le 05/06/2014

Porter attention au patient, à ce qu’il exprime, est la base de la prise en charge, quel que soit le professionnel de santé et avant même d’évaluer l’intensité de la douleur et d’évoquer un traitement.

À l’officine, la douleur aiguë impose d’intervenir rapidement et de mettre en place une analgésie précoce, en commençant par des antalgiques de palier 1 associé à un traitement étiologique (immobilisation de la fracture par exemple). Le fait de traiter la douleur ne perturbe pas le diagnostic.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte