Un entretien avec le Dr Marie-Claude Tesson-Millet

« Informer pour lutter contre les mutilations sexuelles féminines »  Abonné

Publié le 22/02/2010
Sur le continent africain, on estime à 3 millions le nombre d’excisions pratiquées chaque année. Lutter contre ce fléau préjudiciable à la santé de la mère et de l’enfant, est l’un des chevaux de bataille de l’association Équilibres & Populations. Sa présidente et fondatrice, le Dr Marie-Claude Tesson-Millet explique au « Quotidien » pourquoi cette lutte doit d’abord passer par l’information des populations, pour ensuite rendre efficace la nécessaire interdiction de ces pratiques.
Au Mali, Equilibres & Populations a convaincu une centaine de villages à participer aux "...

Au Mali, Equilibres & Populations a convaincu une centaine de villages à participer aux "...
Crédit photo : AFP

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots (et chiffres) ce que représente l’impact des mutilations sexuelles féminines (MSF) en Afrique ?

Dr MARIE-CLAUDE TESSON-MILLET.- L’impact en chiffres, d’abord. Le nombre de femmes victimes de mutilations est estimé entre 100 et 140 millions et environ 3 millions d’excisions sont pratiquées chaque année. Des pratiques mutilatoires ont été recensées dans 27 pays africains par l’OMS.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte